• Journal de bord

    juin 2019
    L Ma Me J V S D
    « mai    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Mon blog est écolo !

    Mon blog est neutre en émission de Co2

    Un arbre sera planté en Bretagne pour compenser les émissions de dioxyde de carbone liées au fonctionnement de mon blog.
    + infos

La Chick BD !

Posté par Cécile le 10 octobre 2009

Après la Chick Lit voici la Chick BD… C’est nouveau, ça vient de sortir puisque je viens d’imaginer cette expression. Quoique, je ne suis pas sûre puisque je n’ai pas vérifié, sur l’Internet bien-sûr !

De la BD faite par des femmes pour des femmes ! Voici les blogs BD que je consulte :

C’est un peu Geek tout cela, et très société de consommation puisque les auteures de ces blogs ont publiées des vrais livres chez de vrais éditeurs ou dessinées des vêtements pour de vrais marchands de fringues.

Est ce que le Geek peut être écolo ? C’est un autre débat…

Publié dans BD, Chick Lit, Geek Atitude, Lecture, Liens | Pas de Commentaire »

Série Stéphanie Plum – Janet EVANOVICH

Posté par Cécile le 9 octobre 2009

LivresPourquoi est ce que je vous parle de cette série aujourd’hui ? (Je sais, je ne parle pas, j’écris voire je tapotes sur mon clavier…) Car je vais utiliser mon blog comme pense-bête. N’oubliez pas, je suis une geekette et grâce à l’Homme, j’ai accès à l’Internet de partout (ou presque). Vive la technologie… et merci l’Homme.

Donc, j’utilise mon blog comme pense bête. En effet, lorsque je serai dans mon magasin préféré, je pourrai accéder à mon blog (via le joujou de l’Homme…) et connaître les livres que j’ai déjà et déjà lus…

Futée la fille, c’est de la Geek attitude à 100%.

Revenons aux livres, cette série raconte les aventures de Stéphanie Plum qui, pour raison de chômage, doit se reconvertir en chasseur chasseuse de primes.
C’est facile à lire, pas prise de tête , avec de l’humour et des personnages hauts en couleurs, de la pure Chick Lit (encore un truc appris aujourd’hui…). Je n’ai pas compris toute les suptilités de la Chick Lit, pour faire simple, c’est de la littérature pour filles et rien que pour nous les filles ; c’est pas moi qui le dit mais la FNAC.

Si certains hommes lisent ce genre de littérature, c’est pour surveiller nos lectures ?

Il faut que je pense à demander au Puceron…


  1. 1995 : La Prime - One For the Money LU
  2. 1996 : Deux fois n’est pas coutume - Two For the Dough LU
  3. 1997 : À la une, à la deux, à la mort - Three to Get Deadly LU
  4. 1998 : Quatre ou double - Four to Score LU
  5. 1999 : Cinq à sexe - High Five LU
  6. 2001 : Six-Appeal - Hot Six LU
  7. 2004 : Septième cielSeven Up LU
  8. 2005 : Le Grand HuitHard Eight LU
  9. 2006 : Flambant neuf -To the Nines LU
  10. Ten Big Ones (2004), non traduit en français
  11. Eleven on top (2005), non traduit en français
  12. Twelve Sharp (2006), non traduit en français
  13. Lean Mean Thirteen (2007), non traduit en français
  14. Fearless Fourteen (2008), non traduit en français

Publié dans Chick Lit, Geek Atitude, Lecture | Pas de Commentaire »

La ronde de nuit – Agustina BESSA-LUIS

Posté par Cécile le 30 septembre 2009

la ronde de nuitMot de l’éditeur

La famille Nabasco, de grands bourgeois portugais, prétend posséder depuis des générations un exemplaire – bien que non signé – de La Ronde de Nuit de Rembrandt.
Ce tableau présente des ambiguïtés (comme celui d’Amsterdam) qui permettent à Martinho Nabasco, le dernier descendant et protagoniste du roman, de faire des parallèles avec sa vie et celle de ses ancêtres. La Ronde est la scène sur laquelle il projette ses non-amours (ou ses désamours), ses aventures (si on peut appeler ça comme ça), ses peurs, jusqu’à se fondre dans le tableau (une sorte de folie).
Ainsi la Ronde (le vrai tableau ou sa copie, mais exacte) devient source d’interrogations du type : que fait là Saskia (la femme de Rembrandt) ? Est-ce un ange ou vient-elle d’un autre monde? Et une fois réinterprétées à la lumière du regard de l’autre et de celui – non dit, mais toujours présent – de l’auteur, ces interrogations deviennent des états de roman à travers les ébauches de réponse que Martinho apporte à force de regarder le tableau et de l’associer à sa vie. On retrouve aussi, évidemment, le capitaine Cocq, qui, dans le tableau, s’en va peut-être à la guerre. Il est l’occasion d’interrogations sur l’autorité, la loi (qu’Agustina Bessa-Luís trouve toujours dictatoriale), sur la vie publique et la vie intime.
L’œuvre que les Nabasco possèdent finit par être détruite par une femme jalouse, par des aléas de la « vraie vie » donc, et Martinho meurt d’avoir perdu la source de sur-vie qui éclairait son être.
Et le roman est un rapport entre ce que Rembrandt a peint, et qui dépasse la commande du tableau, et ce que Martinho déchiffre et qui finalement le dépasse lui-même.
C’est en observant minutieusement le tableau, en le rêvant aussi, qu’Agustina Bessa-Luís crée un roman, qui, lui aussi, dépasse le rapport avec le tableau.

Habituellement, j’apprécie les romans historiques ayant comme support une œuvre artistique. Tracy CHEVALIER est douée dans ce domaine, deux de ses romans m’ont transportés dans de lointaines époques : La Dame à la licorne et le célèbre La Jeune Fille à la perle. J’espérais certainement retrouver son style, ça fait longtemps qu’elle n’a rien publié…en français.

Dans ce roman, le tableau est le grand absent de la famille. Après une centaine de pages, les différents membres  sont décrits voire re-décrits : c’est un roman de répétition (et pas comique), mais toujours pas de traces du tableau. Pourtant, j’ai persévéré : j’avais jeté l’éponge, une première fois, et laissé le livre sur mon étagère. Pendant les vacances, pleine de bonne volonté, j’ai recommencé ma lecture du début. Je suis allée un petit peu plus loin mais toujours pas jusqu’à la fin…


  • 1997 : La Vierge en bleu LU
  • 1999 : La Jeune Fille à la perle LU
  • 2001 : Le Récital des anges LU
  • 2003 : La Dame à la licorne LU
  • 2007 : L’Innocence LU
  • A paraître en France : Remarkable creatures PAS LU… ! Contrairement au puceron, je ne lis pas en VO.

Publié dans Historique, Lecture | Pas de Commentaire »

Adieu mon frère – Edwidge Danticat

Posté par Cécile le 28 septembre 2009

Adieu mon frèreEdwidge Danticat n’a que quatre ans, en 1973, quand ses parents quittent Haïti pour des jours meilleurs en Amérique. Elle est alors élevée par son oncle Joseph, ancien pasteur que la maladie a rendu muet mais qui n’a rien perdu de son extraordinaire charisme. La vie en Haïti, pour Edwidge et ses nombreux frères, sœurs et cousins, est un mélange ambigu de bonheurs simples et de douleurs parfois difficiles à comprendre pour des enfants. Lorsque Edwidge retrouve enfin ses parents à New York, ceux-ci lui paraissent étrangers, et elle doit réapprendre à les connaître, tandis que de là-bas, en Haïti, leur parviennent les échos d’une situation politique de plus en plus inquiétante à mesure que le pays sombre aux mains des « tontons macoutes ». Faire venir à son tour l’oncle Joseph aux Etats-Unis devient bientôt l’une des préoccupations majeures de la famille. Il n’arrivera à Miami qu’en 2004, à l’âge de 81 ans – mais son salut sera de courte durée. Confronté à la folie des service de l’immigration américaine, dans l’après 11-Septembre, il mourra de mauvais traitements, privé de tout médicament. Sous la plume d’Edwidge Danticat, la petite et la grande histoire se rejoignent, les larmes et les joies se mêlent, les morts renaissent dans le souvenir des vivants. Mémoire autobiographique, ce livre poignant est aussi une réflexion sur les liens du sang et la violence avec laquelle l’histoire peut parfois les défaire ; c’est le portrait de quelques hommes et femmes qui s’acharnèrent à offrir aux leurs un avenir meilleur, et d’une tribu d’enfants ballottés entre un père et un oncle, de continent en continent, d’une vie à l’autre. C’est enfin, par la grâce d’une prose précise et pudique, la preuve qu’il n’est de vraie patrie, pour l’écrivain, que la littérature.

J’ai beaucoup aimé l’écriture d’Edwidge DANTICAT, simple & claire. Elle raconte son histoire avec pudeur, sans cris ni larmes. Pourtant, il y aurait de quoi, entre autre, lors de l’arrivée de son oncle à Miami en 2004. En lisant les conditions de détentions, on a l’impression que c’était au début du siècle précèdent. Or c’est il y 5 ans.

On découvre l’histoire d’Haiti et d’une famille soudée face aux épreuves. C’est un témoignage plus qu’une autobiographie.

Afin un livre intéressant et que j’ai fini, contrairement aux deux précédents. C’est rare, cela faisait très longtemps que je n’avais pas terminé un livre et là, cela m’est arrivé 2 fois coup sur coup.

larondedenuit.jpglanostalgiedelange.jpg

 

Publié dans Biographie, Lecture | Pas de Commentaire »

Lecture du moment

Posté par Cécile le 8 août 2009

Les Glands se ramassent à la pelle Résumé :
L’année s’annonce merveilleuse pour Marion : elle observe avec bonheur les invités qu’elle a conviés à l’anniversaire de son mari. Mais Günther a d’autres intentions, il passe toute la soirée à observer Linda, une superbe jeune fille de 25 ans.
Au moment où Günther parvient à séduire Linda, Marion passe à l’attaque : la cupidité, les erreurs de raisonnement et la volonté féroce de pouvoir qui caractérisent son mari vont le mener dans des situations incroyables.
Une comédie caustique, impertinente et drôle.

A propos de l’auteur :
Gaby Hauptmann est un des plus grands auteurs de best-sellers allemands. Les glands se ramassent à la pelle est son troisième roman traduit en français :

  • Cherche homme impuissant pour relation longue durée
  • Mensonges au lit

Publié dans Humour, Lecture, Roman | 1 Commentaire »

123456
 

Les 40 ans de Zeitoun |
Une famille en histoires |
mafamille |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La famille
| ----- Mon petit Ange : Inès...
| SE REDIRIGER : http://club....