• Journal de bord

    septembre 2009
    L Ma Me J V S D
    « août   oct »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Mon blog est écolo !

    Mon blog est neutre en émission de Co2

    Un arbre sera planté en Bretagne pour compenser les émissions de dioxyde de carbone liées au fonctionnement de mon blog.
    + infos

Adieu mon frère – Edwidge Danticat

Posté par Cécile le 28 septembre 2009

Adieu mon frèreEdwidge Danticat n’a que quatre ans, en 1973, quand ses parents quittent Haïti pour des jours meilleurs en Amérique. Elle est alors élevée par son oncle Joseph, ancien pasteur que la maladie a rendu muet mais qui n’a rien perdu de son extraordinaire charisme. La vie en Haïti, pour Edwidge et ses nombreux frères, sœurs et cousins, est un mélange ambigu de bonheurs simples et de douleurs parfois difficiles à comprendre pour des enfants. Lorsque Edwidge retrouve enfin ses parents à New York, ceux-ci lui paraissent étrangers, et elle doit réapprendre à les connaître, tandis que de là-bas, en Haïti, leur parviennent les échos d’une situation politique de plus en plus inquiétante à mesure que le pays sombre aux mains des « tontons macoutes ». Faire venir à son tour l’oncle Joseph aux Etats-Unis devient bientôt l’une des préoccupations majeures de la famille. Il n’arrivera à Miami qu’en 2004, à l’âge de 81 ans – mais son salut sera de courte durée. Confronté à la folie des service de l’immigration américaine, dans l’après 11-Septembre, il mourra de mauvais traitements, privé de tout médicament. Sous la plume d’Edwidge Danticat, la petite et la grande histoire se rejoignent, les larmes et les joies se mêlent, les morts renaissent dans le souvenir des vivants. Mémoire autobiographique, ce livre poignant est aussi une réflexion sur les liens du sang et la violence avec laquelle l’histoire peut parfois les défaire ; c’est le portrait de quelques hommes et femmes qui s’acharnèrent à offrir aux leurs un avenir meilleur, et d’une tribu d’enfants ballottés entre un père et un oncle, de continent en continent, d’une vie à l’autre. C’est enfin, par la grâce d’une prose précise et pudique, la preuve qu’il n’est de vraie patrie, pour l’écrivain, que la littérature.

J’ai beaucoup aimé l’écriture d’Edwidge DANTICAT, simple & claire. Elle raconte son histoire avec pudeur, sans cris ni larmes. Pourtant, il y aurait de quoi, entre autre, lors de l’arrivée de son oncle à Miami en 2004. En lisant les conditions de détentions, on a l’impression que c’était au début du siècle précèdent. Or c’est il y 5 ans.

On découvre l’histoire d’Haiti et d’une famille soudée face aux épreuves. C’est un témoignage plus qu’une autobiographie.

Afin un livre intéressant et que j’ai fini, contrairement aux deux précédents. C’est rare, cela faisait très longtemps que je n’avais pas terminé un livre et là, cela m’est arrivé 2 fois coup sur coup.

larondedenuit.jpglanostalgiedelange.jpg

 

Laisser un commentaire

 

Les 40 ans de Zeitoun |
Une famille en histoires |
mafamille |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La famille
| ----- Mon petit Ange : Inès...
| SE REDIRIGER : http://club....